Archive for Histoire ancienne

Les Pailhasses de Cournonterral

 

masque15

 

      Tu t’es peut être demandé, lecteur régulier de ce blog, pourquoi, pour notre concours du Salon de février 2011, nous avions choisi le thème du Carnaval. Il n’est en effet pas trop développé dans le domaine de la broderie ou du patch.

     C’est une difficulté supplémentaire pour les participants au concours, mais ce sera aussi l’occasion de voir, peut-être, plus de créations.
    
     D
onc, pourquoi ce choix ? Tout simplement parce que la tradition carnavalesque demeure très vivace dans le midi et dans le Languedoc en particulier. Je vais tenter, au travers de quelques articles, de t’en montrer quelques uns, connus ou pas, qui te ferront voyager au sein de cette tradition souvent plus que centenaire.

     Aujourd’hui, je vais te parler d’un carnaval qui se déroule dans l’Hérault tout près de chez nous Audois.


Les Pailhasses de Cournonterral 

 


       L’histoire remonte au XIVe siècle, où les habitants de Cournonterral dans l’Hérault allaient couper du chêne vert dans les forêts communales et seigneuriales attenantes à celles d’Aumelas.
Les habitants d’Aumelas, considérant le chêne vert comme leur seule source de revenus, entretenaient une haine sourde contre leurs voisins. Aussi, un jour où les habitants de Cournonterral avaient décidé de couper du bois, les « Aumelassiens » les accueillirent à coups de fronde et de flèches. Il y eu plusieurs blessés. Les consuls et le Seigneur furent informés et ordonnèrent au Bayle « Pailhas » de faire cesser cette rivalité.
Depuis ce jour, il fut décidé de commémorer le nom de « Pailhas » par une manifestation publique le mercredi des Cendres, sous forme de jeu. Les Pailhasses représentent les Cournonterralais, les Blancs les habitants d’Aumelas. A 15 heures, les habitants s’enferment chez eux. De grands baquets remplis de lie de vin sont déversés sur la grande place et pendant trois heures, les “Pailhasses“, bien rembourrés de paille, vont poursuivre les “Blancs“, et tous ceux qui osent s’aventurer dans les rues, afin de les enduire de lie de vin.

     Pour que tu te rendes un peu mieux compte de ce qui se passe ce jour là, voici quelques photos. Tu comprendras pourquoi ce carnaval n’est pas vraiment « touristique ». Mieux vaut savoir ce qui t’attend si tu souhaites partager cette tradition.  

Avant, préparation des Pailhasses. 

Voir pourquoi en fin d’article

plus-d-images

  Tous ensemble …….avec les Blancs.

Voir pourquoi en fin d’article      plus-d-images

Les Pailhasses et leur masque, le Rabas  

Voir pourquoi en fin d’article

plus-d-images

La lie de vin attend son heure dans les comportes. 

  Voir pourquoi en fin d’article plus-d-images

La « chasse » commence

Voir pourquoi en fin d’article

plus-d-images

Les serpillières sont « armées » 

ETC…..

   Heu ……. un peu effrayant, non ? 

 

ETC…..

Cours, cours ……   

 

ETC…..

Aïe, aïe, le pauvre ! 

ETC…..

Grosse fatigue

(Et, à l’arrière plan, un petit Pailhasse qui apprend la tradition) 

ETC…..

Le soir après 18h … 

ETC…..

      Tu peux voir, sur cette photo, que les habitants du village protègent du mieux qu’il peuvent leurs façades avant l’ouverture du jour J.

Voir pourquoi en fin d’article
plus-d-images
      S
i tu veux en savoir un peu plus au sujet de ce carnaval, je te donne quelques adresses en cliquant ici et ici.
     L
e prochain carnaval est prévu pour le 9 mars 2011. A toi de voir lecteur après cette lecture, si tu as envie de t’y rendre, car comme le dit un blogueur, amateur de cette fête :

 

« Ici il n’y a pas de spectateurs, seulement des participants  » …………….

************************ 

Cher lecteur, comme tu ne vas peut-être pas lire tous les commentaires, surtout de ce style, je te donne in extenso le texte reçu aujourd’hui, suite d’un autre reçu hier. Tu jugeras par toi-même de l’amabilité de son auteur et de la publicité qu’il fait pour cette manifestation ………Visiblement les photos le dérangeant nous les avons toutes supprimées ……..
J’espère qu’il sera satisfait de ce qu’il a obtenu et qui contribuera certainment « grandement » au maintien en vie de telles traditions……….

Ceci étant la suite de celà

commentaire laissé le 18/03/2011 et ma
réponse :

Mail Cournontéralcommentaire laissé le 19/03/2011

Commentaire sur Les Pailhasses de Cournonterral

Afficher toutes les informations

Laissé par : un autre pailhasse aujourd’hui à 14h52

  • On viendra la mettre justement! Donc, comme vous avez une vie de merde, vous vous mêlez de ce que font les autres, c’est ça? Et ça vous rapporte quoi? Parce que les ayants droit des images utilisées ça va leur rapporter quelque chose à eux !

 

florabonnejournee6

L’Aude et son histoire

bjour3.jpg

      J’avais envie, aujourd’hui, de te parler d’histoire et de ce Pays d’Aude que nous avons évoqué dans le nom de notre salon de février 2010, Pays d’Aude qui porte nos racines depuis des millénaires et qui, dit-on par sa géographie, est un petit résumé de la France toute entière !

250px-Homme de Tautavel cadre

Crâne de l’homme de Tautavel

      Si les premières traces de l’homme révélées par des percuteurs et des outils travaillés découverts sur une butte de Grazaille à Carcassonne, datent de 1 500 000 ans avant JCc’est surtout la mise à jour du crâne de l’Homme de Tautavel, dans les Pyrénées Orientales et daté d’environ 450 000 ans avant JC, qui nous donne une indication fort probable sur le développement de l’homme dans notre région.

        Les recherches historiques nous révèlent que nous serons alors successivement Hélisyques puis Volques Tectosages, et enfin romains vers 118 avant JC.
Narbonne est notre capitale, Carcassonne se développe et la paix durable qui s’installe favorisant le développement agricole : blé et vignes, dont les vins réputés sont vendus dans tous le pays latin.

       Nous deviendrons Wisigoth en 435 et nous ferons alors partie de la Septimanie, région qui recouvrait l’Aude mais aussi tout l’actuel Languedoc-Roussillon.

       Les Burgondes échoueront dans leurs trois tentatives à nous conquérir et ce seront les Arabes qui y arriveront en 716, vite chassés par les Carolingiens en 759.

   Durant l’époque carolingienne, de nombreuses abbayes sont construites comme celle de Lagrasse, de Saint-Papoul, de Saint-Hilaire, de Saint-Polycarpe, de Villelongue ou de Montolieu. On observe le développement de nombreuses paroisses avec la mise en place d’un pouvoir ecclésiastique.

      Au XIII ème siècle nous connaîtrons le Catharisme et les ravages provoqués par les croisades entreprises à son encontre . « Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens » phrase prononcée (dit-on ?) par Arnaud Amaury le légat du Pape lors du sac de Béziers restera, à tort ou à raison, dans toute les mémoires. Cette terrible période laissera longtemps des cicatrices au sein de la population locale jusqu’à la période actuelle où ce terme de Cathare deviendra un lien fédérateur pour beaucoup d’audois.

      En 1258, nous sommes dominés par les Capétiens. L’inquisition va faire trembler les audois jusqu’en 1320.

      En 1659, le traité des Pyrénées repousse la frontière à la ligne de crête des Pyrénées, provoquant l’abandon des forteresses royales de l’Aude. La fin du conflit avec l’Espagne permet un essor économique de la région. AuXVII ème siècle, Pierre-Paul Riquet creuse, sous l’autorité de Colbert, le Canal Royal de Languedoc (Canal du Midi) entre la mer Méditerranée et Toulouse, en traversant l’Aude d’est en ouest. Ce moyen de communication majeure permet le développement de l’économie textile, du minerai, des céréales et du vin. Jusqu’à la Révolution, les pays audois s’enrichissent.

300px-Aude departement 1790 cadre

Carte du département de l’Aude à sa création en 1790


       Le département tel que tu le connais, lecteur, fut créé par la révolution le 4 mars 1790 par les trois Sénéchaussée de Carcassonne, Narbonne et Limoux.

       Au XX ème siècle l’Aude connaît une forte production viticole tandis que les céréales du Lauragais éprouvent de grandes difficultés. Mais le département subit la surproduction et la mévente du vin. En 1907, sous l’impulsion de Marcelin Albert et du maire de Narbonne, Ernest Ferroul, la crise viticole se transforme en « Révolte des Vignerons ». Cela se traduit par la création à partir de 1909 de nombreuses caves coopératives audoises.

       Et voilà en quelques lignes un petit résumé de notre histoire locale, merci Wikipédia !

Fin zykgo3d5