Archive for Recettes – Les autres

Salade de pois chiches et houmous au programme

 

 

 

 

Vendredi dernier, repas des voisins dans le quartier un peu excentré de Pexiora. nous étions une bonne soixantaine de prévus à nous réunir comme chaque année.

En principe, la soirée se passe une fois chez chacun, mais pluie oblige, nous nous sommes retrouvés chez nous pour nous mettre à l’abri dans un de nos bâtiments agricoles.

Le principe est l’auberge espagnole pour les entrées et desserts, et un plat principal commun. Résultat : des tables buffets qui débordaient comme d’habitude et une grillade de lapins sur la braise qui fut délicieuse.

Pour participer, j’ai préparé entre autre une salade de pois chiche et un houmous, 2 recettes que je réalisais pour la première fois ! (Même pas peur la Gene )

Tout fut apprécié, surtout la salade dont voici la recette pour commencer.

 

Salade de pois chiches

………………………..

…..

.

 

 

Ingrédients

400 de pois chiches secs

1 oignon blanc ou rouge

1 c. à café de cumin

1 c. à café de paprika 

1 c. à café de harissa ou du piment d’Espelette

3 c. à soupe de vinaigre balsamique

4 c. à soupe d’huile d’olive

1/2 bouquet de persil ou coriandre

sel

  1. Faire tremper les pois chiches toute une nuit dans un grand volume d’eau froide.
  2.  Le lendemain, égouttez les, rincez-les, et faites les cuire pendant 1 h 15 à 1 h 30 mn environ dans 3 fois leur volume d’eau (à l’eau froide sans sel au début) . Goûter de temps en temps pour ajuster le temps de cuisson.
  3. Égoutter et laisser tiédir.
  4. Émincer l’oignon, hacher le persil, déposer sur les pois chiches.
  5. Saler et ajouter les autres ingrédients et mélanger le tout.
  6. Servir après avoir laissé mariner 1 heure .

Ma personnalisation :

 

J’ai ajouté 1/2 bouquet de ciboulette, parfait.

J’ai ajouté du poivron rouge pelé et coupé en petits morceaux ainsi que du poivron vert . Ils se marient très bien avec les pois chiches et apportent une note de couleur à la salade.

 

Je referai cette salade dans l’été car tout le monde l’a vraiment aimé. On oublie trop facilement les légumes secs dans nos menus alors qu’ils sont une base de recettes très diverses et économiques.

 

Continuons avec le houmous servi en apéritif avec des bâtonnets de carottes tendres.

 

Houmous au Thermomix

…………………………..

…..

.

Ingrédients

400 g de pois chiches cuits

1 gousse d’ail dégermée

30 g de tahina

60 g de jus de citron

25 g d’huile d’olive

poivre

1 gros bol de jus de cuisson

Mélanger tous les ingrédients dans le bol du Thermomix (sauf le jus de cuisson).

Mixer 30 secondes/vitesse 5 ou plus longuement si vous préférez une texture plus fine.

A jouter un peu d’eau de cuisson et d’huile d’olive pour une texture moins épaisse.

Mon commentaire :

Il faut un bol de jus de cuisson pour obtenir une texture assez moelleuse et pas trop sèche.

Comme vu sur d’autres recette, j’ai rajouté du paprika sur la houmous. Mais la prochaine fois je ferai avec du piment d’Espelette et j’en mélangerai dans le houmous.

J’ai ajouté un filet d’huile de sésame sur le dessus avant de servir.

J’ai fait mon  tahina (ou tahini , ou crème de sésame) comme indiqué avec cette recette ICI.

J’y ai rajouté de l’huile de sésame pour relever le parfum.

Le houmous peut se faire sans Thermomix bien sûr .

.

Voila lecteur, 2 recettes pour le prix d’une avant les vacances car … tu le valais bien !

.
.
.

 

.

Gene

.

Frigousse de Pourcelen Girouilles et Chastaingnes

 

 

 

Faute d’internet mardi soir et hier, impossible lecteur de te programmer plus tôt cet article.

Il aurait été pourtant dommage que tu ne profites pas un peu de cette manière, de notre voyage de mardi dans le Tarn avec Tchatche et Petits Points.

Je t’explique, notre programme : Cordes sur Ciel et Albi avec sa cathédrale et le Musée de la mode.
Nous étions à Cordes sur Ciel à l’heure du déjeuner, un repas avait été retenu dans un restaurant typiquement médiéval du nom de L’Escuelle des Chevaliers.

Belle façade :

 

 

Et menu au même niveau….

Le repas débuta après la sonnerie à l’olifant et un petit discourt d’accueil en « vieux françois », déclamé par le maître des lieux en tenue adéquate que voici :

 

 

Ca commençait fort !

Pas de fourchette (honnie en cette époque là) , utilisation recommandée de nos doigts ou bien de la cuillère et du couteau proposés…..

Re-sonnerie, re-déclamation pour nous expliquer ce que nous allions manger, le tout avec beaucoup d’humour et qui se répétât à chaque changement de plat.

Notre entame : un Primier servir (l’entrée), la Potine noroise (terrine de saumon à la médiévale).

Puis nous avons continué avec la Seconde assise (le plat chaud) qui était Frigousse de pourcel en girouilles et Chastaingnes

Pour terminer par le Boute-Hors (dessert) qui fut la Dariole de peyres cuictes (gâteau poires-amandes) que nous avons mangé avec les doigts comme il nous le fut recommandé une fois de plus !

Le repas fut aussi bon que l’ambiance, et notre hôte accepta avec un grand sourire que nous fut recopié la recette du plat chaud à partager sans aucun problème avec me menu peuple …

Voila donc le pourquoi de la chose, et comment lecteur tu vas pouvoir toi aussi te régaler à la façon médiévale avec cette recette très facile à préparer.

La photo qui illustre la recette est le plat tel qu’il nous fut présenté. Pas d’assiette à l’époque, mais un tranchoir :

  • La tranche de pain sur laquelle on sert le poisson ou la viande à table (et qui sert d’assiette) au Moyen Âge ; le tranchoir peut être placé sur un tailloir (parfois lui aussi appelé tranchoir) de forme rectangulaire (petite planchette en bois chez les plus modestes, en métal précieux chez les personnes de la haute société). De là viendrait le mot « copain », celui avec qui on partage son tranchoir, c’est-à-dire sa tranche de pain1. Sur les tables, on disposait des pots à aumônes et des corbillons pour les tranchoirs imprégnés de sauce afin de redistribuer aux pauvres les reliefs du banquet2.

Merci Wikipédia !

La présentation actuelle a été un peu « modernisée ».

 

Frigousse de pourcel en Girouilles et Chastaingnes

……………..

 

Ingrédients

900 g de viandes
(sanglier ou porc, bœuf, veau, chevreuil  cerf)

300 g de lardons fumés

2 oignons hachés

300 g de champignons
(de Lutèce !)

200 g de marrons (cuits à la vapeur)

600 g de carottes

poivre

huile d’olive

75 g de miel

0,3 le de vin rouge

0,5 l de bouillon de bœuf

thym, origan, ail semoule, herbes de Provence

1 c. à soupe de poudre fine

La veille :

Dans une poêle, faites revenir la viande coupée en petits morceaux dans de l’huile d’olive. Laisser cuire jusqu’à ce qu’elle rende toute son eau.

Mettez la ensuite dans une cocote avec le vin, le miel, le bouillon de bœuf et la poudre fine. Couvrez et laissez mijoter à feu très doux environ 1 h 50 (bœuf). Pour les autres viandes, une quarantaine de minutes suffiront.

Dans la poêle, faites réduire le jus de cuisson de la viande, ajoutez les oignons, les lardons et les carottes coupées en bâtonnets et les herbes. Laissez cuire environ 1/4 d’heure en remuant régulièrement puis saupoudrez d’une pincée de bouillon de bœuf.

Versez ensuite le tout dans la cocotte et poursuivez la cuisson pendant 1/4 d’heure. Laissez refroidir.

Le lendemain :

Réchauffez et vérifier la cuisson de la viande, prolongez si nécessaire. Ajouter les marrons chauds au moment de servir.

 

Avec le petit plus qui fait toute la différence lecteur.

 

La poudre fine

……………

 

125 g de sucre en poudre

125 g de canelle en poudre

35 g de gingembre en poudre

5 g de cardamome en poudre

Mélanger intimement tous les ingrédients et utiliser sur les viandes, poissons, légumes aussi bien sur du salé que du sucré en plats qu’en desserts. A conserver dans un pot qui ferme bien, type pot à confiture.

J’ai retrouvé cette recette sur internet, certains y ajoutent 2 g de clous de girofles ….

 

Maintenant à toi lecteur de reculer dans le temps, et de t’essayer à la cuisine médiévale.C’est une recette sans complication et pratique pour les cuisinières puisqu’elle se prépare la veille. La présentation en petit paint est originale, et comme nous l’a dit notre hotelier, le pain conserve parfaitement la chaleur.